ads


Belgique Coronavirus : Le lama peut être la clé pour sauver l'humanité du virus






Un anticorps qui peut rendre le Coronavirus inoffensif 

Selon le journal français, Le Figaro, les chercheurs ont annoncé qu'ils avaient réussi à isoler un anticorps du lama, suggérant qu'il arrêterait la propagation du Coronavirus (et son nom scientifique SARS Cove 2) provoquant Covid-19, et s'est interroger si ce projet allait être prometteur?

Le Figaro, a souligné que l'une des lamas femelles - qu'elle a appelé "Winter", qui vit avec environ 130 de ses espèces dans une ferme en Belgique est sur le point de devenir une star mondiale.

Le journal a souligné que cette femelle de quatre ans a permis au laboratoire de virus moléculaire de l'Université de Gand en coopération avec l'Université d'Austin au Texas; En isolant un anticorps, il formerait une barrière contre Covid-19.

Cet anticorps "peut rendre le virus inoffensif, comme nous l'avons noté dans nos recherches en laboratoire", explique Xavier Silans, qui dirige l'étude publiée plus tôt dans une revue scientifique. Un anticorps sauve-t-il donc une personne du Coronavirus ?

Le journal a déclaré que les travaux sur le lama ont commencé en Belgique depuis les années 90 du siècle dernier et qu'à cette époque, l'Université libre de Bruxelles a découvert que l'une des deux classes d'anticorps qu'elle produisait avait une importance scientifique particulière.

Christoph Picafin, chercheur à l'Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire du Centre national de la recherche scientifique, explique que Cet anticorps est quelque peu simple, ce qui facilite sa production industrielle, et "on retrouve cette molécule chez les chameaux, les alpagas, tous les chameaux, et aussi chez les requins".

Le deuxième avantage de ces anticorps est qu'ils sont stables, c'est-à-dire moins fragiles, même lorsqu'ils sont spécifiquement manipulés ou combinés avec des anticorps humains.

Vingt ans se sont écoulés comme le dit le journal avant que les scientifiques, et ensuite les sociétés pharmaceutiques, s'intéressent à ce "trésor" de lama et découvrent que cet anticorps pouvait être "humanisé" relativement facilement, ce qui signifie qu'il n'apparaissait pas comme un élément étranger dans le corps humain.

Selon Etienne d'Ecrolie, directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique, et membre du conseil d'administration de la Société française des virus; "Ces anticorps sont devenus des outils extrêmement puissants en biotechnologie." La médecine lui a donné un espace pour traiter l'ostéoporose et les rhumatismes en particulier, et des recherches sont en cours sur le cancer, la maladie d'Alzheimer et le VIH, le virus qui cause le sida.

De retour à "winter", qui pourrait être un sauveur de l'humanité, tout a commencé en 2016, lorsque l'Institut flamand de biotechnologie a injecté à ces lamas qui n'avaient que neuf mois, des stabilisateurs de deux virus; L'un est le SRAS Covid-1, responsable du SRAS en 2002 et 2003, et l'autre est Mers Cov, qui a causé le syndrome respiratoire au Moyen-Orient en 2012.

Le journal a souligné que ces stabilisants, qui ont été plantés sur la membrane du virus, sont ce qui lui permet de s'accrocher aux cellules réceptrices de l'infection, et ces stabilisants protéiques ont été observés sur Covid-19.

Après ce processus, le sang de "Winter" est prélevé et les anticorps sont isolés. Après cela, les plus efficaces sont choisis contre le SRAS et Mers, mais avec la fin de l'épidémie de SRAS, cette recherche n'est plus une priorité dans le laboratoire belge.

Le journal a rapporté que le Flander's Institute a repris ses recherches en janvier 2020, lorsque Covid-19 a envahi la Chine. "Nous avons appris que les anticorps de la mère interagissaient bien avec le SRAS Cove-1 et nous avons également appris que les stabilisateurs de ce virus sont très proches de ceux de Covid-19, mais il était nécessaire de s'assurer que ces anticorps fonctionneraient efficacement sur eux", explique Xavier Silans.

Bien que les premières tentatives n'aient pas été concluantes, car l'anticorps SRAS-1 prélevé des gènes de "Winter" a reconnu les stabilisateurs mais ne les a pas positionnés correctement, cependant, après plusieurs mois de recherche et de manipulation, les équipes de Flandre ont réussi avec l'aide du laboratoire de microscopie électronique de l'Université du Texas, De développer un anticorps capable de bloquer le virus en laboratoire.

"Il y a environ deux cents mutations sur le virus, et l'anticorps peut être placé sur tous ces stabilisateurs", explique Xavier Silens. Ainsi, la stratégie de recherche est de mettre une couverture sur le virus qui l'empêche d'entrer dans les cellules, et n'est pas basée sur l'attaque directe du virus.

Publier un commentaire

0 Commentaires