ads


Coronavirus Maroc: Les cafés refusent de reprendre l'activité et les restaurants veulent livrer à domicile








À un moment où les autorités marocaines autorisent généralement les entreprises de construction et les entreprises à reprendre le travail avant la fin de la période d'urgence sanitaire, le 10 juin prochain, les propriétaires de cafés refusent de reprendre le travail à la lumière des conditions actuelles, malgré les déclarations du chef du gouvernement Saad Eddin Al-Othmani.

Les propriétaires de cafés ont considéré que la décision de reprendre leurs activités suspendue depuis deux mois en raison de l'état d'urgence déclaré à la lumière de la propagation de la pandémie de Coronavirus est prématurée, en particulier en l'absence de tout soutien au secteur et sans une vision claire du gouvernement pour sauver ce large segment de professionnels.

À cet égard, Noureddine Al-Harraq, président de l'Association nationale des directeurs de cafés et restaurants au Maroc, a souligné qu'il était impossible d'ouvrir les cafés dans cette circonstance; Parce que les citoyens ne l'accepteront jamais, par peur de leur transmettre le virus.

Al-Harraq a souligné, dans une déclaration à la presse marocaine, que "les professionnels refusent d'ouvrir des cafés, jusqu'à ce qu'un protocole de santé soit défini que nous participions au développement d'un plan de concentration avec les organes de tutelle; non qu'il nous soit imposé, sans égard au statut des professionnels".

Le président de l'Association nationale des patrons des cafés et restaurants au Maroc a tenu le comité de vigilance et le Premier ministre responsables de cette situation, soulignant que Saad Eddine Al Othmani,  «lorsqu'il compare notre pays à d'autres pays doit se familiariser avec les mesures que ces pays ont prises avec les professionnels et les employés», soulignant que «les professionnels ne veulent pas travailler avec les mêmes conditions d'avant la pandémie, nous voulons corriger les grands déséquilibres juridiques du secteur qui ont amené les professionnels et les employés à cette situation."

L'association rejette tous les plans de d'émission sans impliquer les professionnels et sans discuter des accumulations, des droits et des factures qu'elle a assumés en raison de l'état d'urgence, appelant tous les professionnels à ne pas reprendre le travail avant une réunion avec le comité de vigilance et le gouvernement.


De son côté, la Fédération marocaine des marques fait pression ces jours-ci avant l'expiration de la période d'urgence sanitaire, afin de lui permettre d'ouvrir ses magasins et restaurants et de reprendre ses activités; Cependant, il souligne que les consignes de santé doivent être respectées et uniquement le processus de livraison des commandes aux clients à domicile et sur le lieu de travail.

Publier un commentaire

0 Commentaires