ads


Alda Greoli (cdH) estime qu'on n'a pas encore mesuré les traumatismes du confinement sur les enfants

Alda Greoli (cdH), la cheffe de groupe CDH au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, souhaite ouvrir les écoles aux artistes pour faire parler les enfants. Elle estime qu'on n'a pas encore mesuré les traumatismes du confinement sur ces derniers.


Alda Greoli, a évoqué la rentrée scolaire lors de son passage dans l'émission de l'invité politique chez nos confrères de Bel RTL. Elle souhaite ouvrir les écoles aux artistes pour faire parler les enfants. Alda Greoli estime qu'ils ont vécu des traumatismes à cause de la crise sanitaire. Selon elle, une partie des 21 millions d'euros prévus pour soutenir les enfants en difficulté devraient être affectée à cette ouverture aux artistes et au monde de la culture.
"L'important alors que cette crise de pandémie a creusé les inégalités entre les enfants, c'est de pouvoir remédier à cela le plus vite possible. Et là, j' en appelle vraiment la Communauté Française à faire une ouverture aux artistes. Il est important que les enfants puissent déposer le récit de ce qu'ils ont vécu, qu'ils puissent s'exprimer au travers du dessin, de l'expression orale, de la créativité et qu'y a-t-il de mieux que des artistes aux côtés d'enseignants pour pouvoir permettre à ses enfants d'exprimer ce qu'ils ont vécu?", s'interroge Aldra Greoli.
Et d'ajouter: "C'est vraiment important, essentiel, de retrouver encore plus qu'aujourd'hui la place de la culture dans l'école et le rapport de la culture à l'école. C'est essentiel. Je pense qu'on n'a pas encore mesuré les traumatismes qui sont liés au fait d'avoir été enfermé pendant des mois à la maison. D'avoir ressenti la peur, la peur de la mort. Le fait, peut-être qu'un enfant a perdu d'un grand-parent, une grand-mère et un grand-père, dans tout ce cadre-là, les artistes jouent aux côtés des enseignants un rôle essentiel."

Publier un commentaire

0 Commentaires